Where is the beef ...?

Dans un contexte où les prophéties les plus pessimiste de Tocqueville (la "médiocrité de l'individu démocratique") et le nihilisme de Nietzsche ("la haine de soi»), et où l'imaginaire collectif et individuel se limitent toujours plus à celui de l'expansion illimitée de la production et de la consommation jusqu'au point extrême de gager les chances de survie même de notre Humanité, l’évolution de la culture qui n'est pas sans rapport avec l'inertie et la passivité qui caractérisent notre époque, tend toujours plus vers le divertissement et la satisfaction immédiate d'un plaisir conformiste.


On pourrait s’adonner à penser que les forces de la création musicale pourraient s’en trouver affectées. Il n’en est heureusement rien.

Cependant l’évolution du XVIII° siècle au milieu du XX° siècle qui a vu émerger un sujet autonome et réfléchissant ouvert à la création, donc au à chaos et l'abîme, auxquels elle donne forme, abolissant l'assurance stupide de notre vie quotidienne, semble sérieusement atteinte.

Sa renaissance sera vraisemblablement adossée à un vaste mouvement social-historique capable de réinventer cette autonomie au pire perdue, au mieux laissée en jachère. Cela dépend de celles et ceux ayant un rapport direct et actif à la culture et de leur capacité à agir librement et en toute responsabilité, que cette léthargie ne soit qu'une parenthèse. Pour nous interprètes et créateurs, elle n’existe tout simplement pas.


Le présent est résolument créateur et ouvert vers l'avenir, plein d’une énergie et d’une créativité dont témoignent au cours de la saison 21/22 les créations de Brice Pauset, Maël Bailly et Augustin Braud auxquelles nous donnons forme et que nous vous convions à découvrir avec enthousiasme au travers de nos concerts et enregistrements radiophoniques et discographiques avec la parution de deux nouveaux CD, l’un en octobre 2021 intitulé «Surface» et consacré aux oeuvres de Ricardo Nillni et l’autre en avril 2022 «Columbia on the move» avec des oeuvres d’Alex Mincek, Mario Diaz de Leon, Eric Wubbels et Ashkan Behzadi.


Jean-Luc Menet
-------------------------------------------------------------------------

Photographies : Eric Wubbels, Alex Mincek & Mario Diaz de Leon

©Philippe Gontier