DIALOGUE


Au coeur même du processus intime de la composition musicale s’inscrit la question du dialogue, celui entre une solution choisie et l'ensemble des possibles posés par une question donnée.

Fil conducteur de la réflexion à la conception des programmes, il en est aussi la clef de voûte. Il est le fondement d’une relation artistique avec les compositeurs et aussi le ciment d’une cohésion instrumentale.

Le Dialogue est également l’instrument de la transmission des connaissances…en bref il est de tous les instants au cœur de la démarche artistique. Dans le cadre de deux de nos concerts parisiens il s’illustre sous l’angle de la question du rapport du son à l’image.


Ainsi lors du premier rendez-vous parisien intitulé ”ombre et lumière”, les compositeurs et cinéastes (Philippe et Pierre Schoeller, Philippe Hersant et Nicolas Philibert échangent sur l’expérience de leur relation cinéaste-compositeur.


Dans le cadre du second : ”Iran : fin des ambivalences ? ” le film de Toblias Klich "Heimat in sechs Richtungen" exerce une fonction introductive au concert par le regard qu’il porte sur le monde de la création musicale iranienne contemporaine.


Le troisième, ”double prisme”, met face à face la musique de deux figures majeures et singulières de la création musicale française, Brice Pauset et Philippe Schoeller, dont les univers parfois opposés trouvent un indéniable point de convergence dans leur sens aigü de la transparence et de la maîtrise de la forme, outre l’oreille ”au scalpel” des deux protagonistes.


La réouverture du festival de musique contemporaine de Shiraz-Persépolis illustre à point nommé les bienfaits que la volonté de dialogue peut engendrer cette fois au niveau des Etats. Profitant de cette nouvelle donne, c’est à la découverte de compositeurs et musiciens locaux que nous partons, des acteurs d’aujourd’hui à la fois dépositaires d’une culture musicale multi-séculaire mais aussi pétris de musiques occidentales et porteurs d’imaginaires singuliers.


Le projet ”Polyphonies de formes” initié au Château de Chambord la saison passée incarnant le dialogue musique-architecture prend cette fois ses marques au MuMa, le Musée d’art moderne du Havre, une ville dont l’ architecture dessinée par A. Perret appartient à un patrimoine classé par l’Unesco. L’œuvre ”Gaïa-sun” de Philippe Schoeller donne un éclairage résolument contemporain à cette relation musique-architecture. En effet la spatialisation de la partie électronique est réalisée par les auditeurs eux-mêmes via leur propre smartphone, interagissant ainsi en live avec les musiciens et conférant ainsi à chaque performance un résultat sonore unique selon les fichiers sons actionnés, le nombre de participants et leur disposition dans la salle, et l’acoustique naturelle du lieu.


Rencontres, échanges, partages de savoir et d’expérience…prennent tout leur sens au travers des activités de transmission comme l’Alternance Ensemble Académie, les masterclasses, les ateliers-lectures..qui jalonnent cette nouvelle saison.


Dialogue donc ou plutôt dialogue”s”, un titre générique dont un des synonymes ”alternance” résume ainsi opportunément et de façon concise, la philosophie générale de l’Ensemble : envisager la musique en terme de désir dans un rapport au monde fondé avant tout sur le son : une conception partagée au premier rang par ses membres dont ils espèrent en écho et à l’unisson, un retour de leur public.


Jean-Luc Menet